Zum Seiteninhalt springen Zur Navigation springen
26 avril 2019

«Je déambule à l’écoute du monde»

von Tatjana Mehner

Dan Tanson en conversation avec Tatjana Mehner

Vous concevez, pour quelques-unes des plus grandes salles de concert européennes, des formats de théâtre musical pour le jeune public. Où réside le charme de ce travail?

Il réside avant tout dans le fait d’atteindre effectivement le public ciblé. Chaque tranche d’âge a ses besoins. Tandis que les enfants plus âgés, à partir de 13 ans, n’ont plus absolument la nécessité d’un fil narratif clair mais peuvent se laisser entraîner par la seule musique, les plus jeunes (entre cinq et neuf ans) ont besoin d’une histoire bien définie. Quant aux tout-petits (de deux à quatre ans), ce sont plus les situations de l’ici et du maintenant qui leur parlent, que les histoires. Il est à la fois important et captivant de privilégier au maximum l’expérience. Cela me séduit de stimuler le public, tout en le divertissant à sa juste mesure. Je pars du principe qu’un enfant a toujours soif d’apprendre, qu’on ne doit pas seulement lui proposer ce qu’il connaît déjà afin qu’il soit stimulé, dans le bon sens du terme, même si on doit bien sûr tenir compte de ses capacités.

Cela implique de travailler de façon très précise. Pour moi, les enfants constituent le plus merveilleux des publics. Parce qu’ils ne sont pas encore conditionnés par des formats et des schémas, ils abordent plus ouvertement ce qu’on leur propose; cela permet un rapport beaucoup plus libre à la musique. Je savoure vraiment cette liberté.

Comment trouvez-vous vos sujets qui suscitent l’enthousiasme des enfants?

Je déambule à l’écoute du monde, en essayant d’avoir le moins de préjugés et de jugements de valeur a priori. Il en est de même sur le plan musical: je n’ai aucun problème à avoir de l’estime à la fois pour Helene Fischer et Patricia Kopatchinskaja. En art, l’honnêteté m’importe avant tout. C’est pourquoi je n’établis pas de hiérarchie entre une culture qui serait noble et le reste. Je peux mettre un film art et essai à côté d’un Disney et les apprécier tous les deux de la même manière.

Dans l’offre pour enfants de la Philharmonie Luxembourg, vous êtes responsable des séries «Bout’chou» (de deux à quatre ans) et «Musek erzielt» (de cinq à neuf ans) qui abordent le public chacune de façon différente…

D’un côté, le récit se fait en luxembourgeois, de l’autre sans paroles. Avec le langage des mots, nous faisons appel à l’expérience des enfants et nous référons consciemment à leurs imaginaires – dont nous tirons une sorte de ligne narrative. C’est le cas pour «Musek erzielt». Avec «Bout’chou», au contraire, nous privilégions une approche autour de situations et ne sommes reliés à aucun scénario. Je pars du principe que les petits vivent dans l’ici et le maintenant. Il serait vain de leur dire: «Imaginez que vous êtes dans un champ recouvert par la neige.» Car ils ne pourraient pas le retrouver dans une pièce où il n’y a que des chaises et de l’éclairage de théâtre. On peut faire surgir cette scène mais seulement dans l’ici et le maintenant.

On peut en revanche très bien le dire aux enfants un peu plus âgés à qui s’adresse «Musek erzielt». Ils ont déjà une expérience plus riche et savent davantage apprécier les histoires. Il est possible de faire appel à un paysage enneigé parce qu’ils ont peut-être vu La Reine des neiges ou eux-mêmes fait de la luge.

Comment décririez-vous votre manière de travailler?

Pour «Musek erzielt», je commence toujours par trouver une histoire. Une caractéristique majeure de mon travail est que je cherche constamment à aller à la rencontre d’une autre forme artistique. Selon moi, il existe un trio fondamental: le mot, la musique et l’image qui permettent de créer un véritable imaginaire. J’aime que les spectateurs développent leurs propres histoires et n’aime en aucun cas donner des directives. Pour «Bout’chou», au contraire, je développe plus à partir du contenu et je reviens une nouvelle fois à mon trio, si ce n’est qu’à la place du mot figure désormais le contenu. De ce trio naît une situation à partir de laquelle la narration peut prendre vie. Le succès de «Bout’chou» réside, je pense, avant tout dans le travail d’équipe.

Dans la salle ne sont pas seulement présents des enfants mais aussi les adultes qui les accompagnent. Les avez-vous aussi en tête?

À vrai dire, notre public est composé à près de 50% d’adultes. Il m’importe qu’ils se divertissent tout autant que les enfants. Et cela fonctionne si chacun se fait sa propre image sur la base des associations d’idées qu’il a. Je fais toujours une double vérification: que vois-je en tant qu’adulte et qu’en retirerait un enfant? J’essaie ensuite de transmettre à chacun l’angle qui lui correspond.

Dan Tanson: Musek erzielt | Gusti Minettsdapp & Aucassin et Nicolette | photos: Sébastien Grébille

Vous travaillez dans toute l’Europe. Comment voyez-vous votre travail à Luxembourg, comparé à ce que vous pouvez faire dans d’autres maisons?

Je dois vraiment dire que pour le moment, le public y est le meilleur que je connaisse. Cela n’a pas toujours été le cas. Je le constate depuis cinq ans environ et c’est le résultat d’un développement depuis 2005, année d’ouverture de la Philharmonie. Je suis associé depuis le début et ai mis en scène en janvier 2006 la première pièce pour enfants à la Philharmonie. À l’époque, les enfants avaient encore très peu de lien avec la musique et les parents venaient presque avec du pop-corn aux concerts. Depuis cinq ans environ, je sens que les parents et les enfants viennent vraiment parce qu’ils veulent écouter de la musique. L’écoute a véritablement évolué. Nous avons maintenant un public ouvert et soucieux de qualité. Et je sais aussi qu’il y a des parents qui ont eu accès au monde de la musique classique via leurs enfants et qui sont ensuite venus au concert.

Concerts

  • 09.11.2019 16:00, Musek erzielt (4–8 ans)

    «De Kapitän Mullebutz a seng Séisswaassermatrousen si wibbeleg»

    Dan Tanson Iddi, Konzeptioun a Gesank
    Georges Urwald Arrangementer, Piano, Akkordeon, Klackespill
    Max Sauber Arrangementer, Elektronik a Perkussioun
    Christian Peckels Gittar
    Tom Wiot Bassgei

    De Kapitän Mullebutz a seng Séisswaassermatrouse komme vun hire Reesen nees zeréck op Lëtzebuerg and let me tell you: si si wibbeleg. Aus der ganzer Welt hu se Lidder matbruecht, déi déi kleng Piraten un d’beweege kréien: Danzen, sprangen, sangen… Haaptsaach gutt Laun. Och d’Madamm Li wëllt, dass hir Matrouseband nees gutt fit an a Form sinn. Déi erfollegräich Iddi, flott Kannerlidder an en neie Mäntelchen ze stiechen, Rock- a Popsongs kannergerecht an op Lëtzebuergesch ze bréngen, kritt en 2. Deel. Kommt, sangt a danzt mat eis.

    Produktioun AllerRetour a.s.b.l., Philharmonie Luxembourg
    Koproduktioun Théâtre Municipal de la Ville d’Esch-sur-Alzette, Centre culturel régional Aalt Stadhaus Differdange

  • 10.11.2019 11:00 & 15:00, Musek erzielt (4–8 ans)

    «De Kapitän Mullebutz a seng Séisswaassermatrousen si wibbeleg»

    Dan Tanson Iddi, Konzeptioun a Gesank
    Georges Urwald Arrangementer, Piano, Akkordeon, Klackespill
    Max Sauber Arrangementer, Elektronik a Perkussioun
    Christian Peckels Gittar
    Tom Wiot Bassgei

    De Kapitän Mullebutz a seng Séisswaassermatrouse komme vun hire Reesen nees zeréck op Lëtzebuerg and let me tell you: si si wibbeleg. Aus der ganzer Welt hu se Lidder matbruecht, déi déi kleng Piraten un d’beweege kréien: Danzen, sprangen, sangen… Haaptsaach gutt Laun. Och d’Madamm Li wëllt, dass hir Matrouseband nees gutt fit an a Form sinn. Déi erfollegräich Iddi, flott Kannerlidder an en neie Mäntelchen ze stiechen, Rock- a Popsongs kannergerecht an op Lëtzebuergesch ze bréngen, kritt en 2. Deel. Kommt, sangt a danzt mat eis.

    Produktioun AllerRetour a.s.b.l., Philharmonie Luxembourg
    Koproduktioun Théâtre Municipal de la Ville d’Esch-sur-Alzette, Centre culturel régional Aalt Stadhaus Differdange

  • 14.12.2019 16:00, Musek erzielt (4–8 ans)

    «Scheherazade»

    La vente commence le 14.10.2019 à 10:00.

    Betsy Dentzer Erzielung
    CrossNova
    Sabine Nova Gei
    Hubert Kerschbaumer Klarinett
    Leonard Eröd Fagott

    Et war emol eng orientalesch Prinzessin, déi spannend Geschichte vum Sindbad dem Séifuerer erzielt huet. Monstréis Aventurë mat engem geféierleche Fësch, engem geeschterhafte Miereshengscht, dem risege Vull Roch an engem Dall aus Diamanten. Déi lëtzebuergesch Geschichtenerzielerin Betsy Dentzer trëtt an d’Spuere vum Scheherazade an erzielt dem Sindbad seng Aventurë mat Hëllef vum CrossNova Ensemble an der matrappender Musek vum Rimsky-Korsakov.

    Produktioun Philharmonie Luxembourg

  • 15.12.2019 11:00 & 15:00, Musek erzielt (4–8 ans)

    «Scheherazade»

    La vente commence le 14.10.2019 à 10:00.

    Betsy Dentzer Erzielung
    CrossNova
    Sabine Nova Gei
    Hubert Kerschbaumer Klarinett
    Leonard Eröd Fagott

    Et war emol eng orientalesch Prinzessin, déi spannend Geschichte vum Sindbad dem Séifuerer erzielt huet. Monstréis Aventurë mat engem geféierleche Fësch, engem geeschterhafte Miereshengscht, dem risege Vull Roch an engem Dall aus Diamanten. Déi lëtzebuergesch Geschichtenerzielerin Betsy Dentzer trëtt an d’Spuere vum Scheherazade an erzielt dem Sindbad seng Aventurë mat Hëllef vum CrossNova Ensemble an der matrappender Musek vum Rimsky-Korsakov.

    Produktioun Philharmonie Luxembourg

  • 11.01.2020 10:30 & 15:30, Musée Dräi Eechelen, Auditorium

    «Ding Dong, Toktoktok!»

    TRAFFIK KLASSIK
    Dirk Vandaele violon
    Manuela Bucher alto
    Michel Boulanger conception musicale, violoncelle
    Lisa Goldberg basson

    Production Philharmonie Luxembourg en coopération avec le Musée Dräi Eechelen – forteresse, histoire, identités

  • 12.01.2020 10:30, 14:30 & 16:30, Musée Dräi Eechelen, Auditorium

    «Ding Dong, Toktoktok!»

    TRAFFIK KLASSIK
    Dirk Vandaele violon
    Manuela Bucher alto
    Michel Boulanger conception musicale, violoncelle
    Lisa Goldberg basson

    Production Philharmonie Luxembourg en coopération avec le Musée Dräi Eechelen – forteresse, histoire, identités

  • 21.03.2020 10:30 & 15:30, Musée Dräi Eechelen, Auditorium

    «El Dorado»

    Clair Obscur
    Jan Schulte-Bunert saxophone soprano
    Maike Krullmann saxophone alto
    Christoph Enzel saxophone ténor
    Kathi Wagner saxophone baryton

    Production Philharmonie Luxembourg en coopération avec le Musée Dräi Eechelen – forteresse, histoire, identités

  • 22.03.2020 10:30, 14:30 & 16:30, Musée Dräi Eechelen, Auditorium

    «El Dorado»

    Clair Obscur
    Jan Schulte-Bunert saxophone soprano
    Maike Krullmann saxophone alto
    Christoph Enzel saxophone ténor
    Kathi Wagner saxophone baryton

    Production Philharmonie Luxembourg en coopération avec le Musée Dräi Eechelen – forteresse, histoire, identités

  • 09.05.2020 16:00, Musek erzielt (4–8 ans)

    «Alva Aurora»

    La vente commence le 09.03.2020 à 10:00.

    Fabienne Elaine Hollwege Erzielung
    Thomas Bloch Cristal Baschet, Ondes Martenot, Glassharmonika
    Pauline Haas Harf
    Dan Tanson Konzeptioun, Adaptatioun vum Text a Regie
    Alexandra Lichtenberger Kostümer an Accessoiren

    E modernt Mäerchen iwwer e Klang, deen esou schéin ass wéi Kristall. Eis Geschicht gëtt vun engem Cristal Baschet, enger Harf an den Ondes Martenot begleet. Enges Moies, wéi d’Kinnigin Alva opsteet, ass si paff. D’Waasser vum Waasserfall, ënnenof beim roude Fiels, leeft net méi. Keng Sabbel, kee Fisem, keng Drëps. D’Awunner vun der Wüstestad sinn entsat. Aus dem Näischt zitt e Reebou op… an e wonnerschéinen Toun entsteet. Do héiert d’Kinnigin Alva e Gepëspers: «Meng Kinnigin, et ass Zäit, dass Dir Iech op de Wee maacht. Et gëtt e Kinnekräich, wou d’Mënsche moies schwéier aus dem Bett kommen. Gitt bei dës Mënschen a kusst si ganz duuss waakreg.»

    Produktioun Philharmonie Luxembourg

  • 10.05.2020 11:00 & 15:00, Musek erzielt (4–8 ans)

    «Alva Aurora»

    La vente commence le 09.03.2020 à 10:00.

    Fabienne Elaine Hollwege Erzielung
    Thomas Bloch Cristal Baschet, Ondes Martenot, Glassharmonika
    Pauline Haas Harf
    Dan Tanson Konzeptioun, Adaptatioun vum Text a Regie
    Alexandra Lichtenberger Kostümer an Accessoiren

    E modernt Mäerchen iwwer e Klang, deen esou schéin ass wéi Kristall. Eis Geschicht gëtt vun engem Cristal Baschet, enger Harf an den Ondes Martenot begleet. Enges Moies, wéi d’Kinnigin Alva opsteet, ass si paff. D’Waasser vum Waasserfall, ënnenof beim roude Fiels, leeft net méi. Keng Sabbel, kee Fisem, keng Drëps. D’Awunner vun der Wüstestad sinn entsat. Aus dem Näischt zitt e Reebou op… an e wonnerschéinen Toun entsteet. Do héiert d’Kinnigin Alva e Gepëspers: «Meng Kinnigin, et ass Zäit, dass Dir Iech op de Wee maacht. Et gëtt e Kinnekräich, wou d’Mënsche moies schwéier aus dem Bett kommen. Gitt bei dës Mënschen a kusst si ganz duuss waakreg.»

    Produktioun Philharmonie Luxembourg

  • 16.05.2020 10:30 & 15:30, Musée Dräi Eechelen, Auditorium

    «Tchip, Tchap, Tchouf»

    Chris Stout violon
    Catriona McKay harpe
    Serena Galante, Pietro Gaudioso jeu, mouvements
    Dan Tanson conception, mise en scène
    Julie Conrad conception, scénographie

    Production Philharmonie Luxembourg en coopération avec le Musée Dräi Eechelen – forteresse, histoire, identités

  • 17.05.2020 10:30, 14:30 & 16:30, Musée Dräi Eechelen, Auditorium

    «Tchip, Tchap, Tchouf»

    Chris Stout violon
    Catriona McKay harpe
    Serena Galante, Pietro Gaudioso jeu, mouvements
    Dan Tanson conception, mise en scène
    Julie Conrad conception, scénographie

    Production Philharmonie Luxembourg en coopération avec le Musée Dräi Eechelen – forteresse, histoire, identités