Zum Seiteninhalt springen Zur Navigation springen

L'imagination au pouvoir

Conversation avec Jean-François Zygel

photo: Thibault Stipal photo: Thibault Stipal
 

Pour sa troisième année comme artiste en résidence à la Philharmonie Luxembourg, Jean-François Zygel propose une dizaine de concerts exceptionnels, alliant le piano à la scène, la voix parlée à la voix chantée, l’improvisation au répertoire et à la composition.

Doté d’une curiosité sans bornes qui le pousse à renouveler sans cesse sa manière de concevoir la musique et le concert, Jean-François Zygel fera découvrir tout au long de l’année la richesse d’un univers artistique en perpétuelle expansion, mêlant volontiers les notes aux mots, aux images
et à la scène.

Le cycle des «Dating» se poursuit. L’émouvant Roméo et Juliette de Prokofiev, la Symphonie N° 3 «Héroïque» de Beethoven et l’oeuvre monumentale de Messiaen Des canyons aux étoiles, avec l’Ensemble intercontemporain, sont au programme en 2017/18 et seront suivis d’un concert d’improvisation dressant pour les deux premiers un véritable «portrait imaginaire» du compositeur mis à l’honneur, tandis que le troisième explorera les espaces infinis du piano, à travers une proposition expérimentale intitulée Genèse, pour piano solo et lumières.

Jean-François Zygel propose également cette saison un nouveau cycle, «Les dimanches de Jean-François Zygel». Lors de ces quatre rendezvous dominicaux, il présentera aux côtés d’artistes renommés des projets singuliers. En octobre, le Choeur Spirito, dirigé par Nicole Corti, se joindra ainsi à lui pour une vision onirique et intense de la musique sacrée. «Un Requiem imaginaire» en compagnie notamment de Purcell, Fauré, Stravinsky, Mozart, Bach et Rachmaninov, Jean-François Zygel ayant lui-même composé un Kaddish pour les seize voix puissantes et consolatrices du choeur français. En décembre, il revisitera Johann Sebastian Bach avec le jeune pianiste de jazz américain Dan Tepfer tandis qu’en janvier 2018 il se penchera sur Le Petit Prince, célèbre texte d’Antoine de Saint-Exupéry qu’il mettra en musique. Pour ce moment plein de poésie à destination des petits comme des grands, il sera accompagné de Didier Sandre, de la Comédie-Française. Enfin, en mars, il partira sur les traces de ses racines familiales dans East Side Story, concert-spectacle en compagnie de la chanteuse yiddish Talila et de la violoncelliste Martine Bailly qui retrace, entre grande Histoire et petits récits, l’immigration juive de l’entre-deuxguerres.

Autant de propositions différentes pour entrer dans le monde d’un artiste s’appuyant en permanence sur la plus précieuse de nos facultés: l’imagination.

Charlotte Brouard-Tartarin