Zum Seiteninhalt springen Zur Navigation springen

Saison 2022/23 | Découvrez nos abonnements

Johannes Brahms - photo: Friedrich König

«Aimez-vous Brahms?»

Christoph Gaiser

La plupart des mélomanes répondent aujourd’hui par un «oui» catégorique à la question «Aimez-vous Brahms?», posée par Françoise Sagan dans le titre de son livre à succès de 1959. De nos jours, les œuvres orchestrales et les symphonies de Johannes Brahms sont devenues incontournables, tout comme sa mu-sique de chambre et sa pièce vocale Un requiem allemand. L’amour pour Brahms n’a pas toujours été aussi grand et le compositeur était particulièrement controversé de son vivant. D’éminents collègues – comme Piotr Ilitch Tchaïkovski et Benjamin Britten – ont d’ailleurs clairement exprimé leur mépris. En revanche, le cercle d’Arnold Schönberg considérait Brahms comme une étoile directrice sur la voie d’une musique qui puise sa force et sa ­viabilité entière-ment en elle-même.

Brahms a créé des partitions durablement établies dans tous les genres, à l’exception de l’opéra. Au cours de la saison 2022/23, une bonne douzaine de concerts à la Philharmonie invitent à une nouvelle rencontre ou à des retrouvailles avec son œuvre. ­L’Artiste en résidence Sir John Eliot Gardiner interprétera les quatre s­ymphonies de Brahms à la tête du Royal Concertgebouw Orchestra et montrera ainsi les différents caractères expressifs que peut prendre la forme symphonique lorsqu’un technicien accompli comme Brahms s’y emploie. En outre, Gardiner se consacrera aux petites pièces chorales de Brahms aux côtés du Monteverdi Choir et de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg. Anne-Sophie Mutter et Pablo Ferrández plaideront en faveur du Double concerto pour violon et violoncelle, rarement entendu en comparaison. Enfin, Paavo Järvi montrera avec le Tonhalle Orchester Zürich comment l’une des œuvres de musique de chambre de Brahms a été transformée par Schönberg en une partition orchestrale d’une ampleur presque «symphonique». Ceux qui aiment faire des écoutes comparatives pourront découvrir le Quatuor avec piano dans sa version originale lors d’un «Concert-apéritif». Et Frank Peter Zimmermann, accompagné de Martin Helmchen, donnera un aperçu approfondi de la production de sonates de ce Viennois d’adoption né à Hambourg.

Pour ceux qui cherchent encore des arguments afin d’apprendre à aimer Brahms, il suffit de consulter le livre de Françoise Sagan: un concert du compo-siteur y marque un tournant dans la relation entre la prude Paule et Simon, qui la courtise fougueusement. En ce sens, Brahms peut donc aussi apporter un peu de «romantisme» dans notre vie à tous.