Zum Seiteninhalt springen Zur Navigation springen

Covid-19: Informations importantes par rapport à nos concerts, en savoir plus

Gilberto Gil, Gal Costa, Nando Reis
photo: Alfonso Salgueiro

 

L'Amérique, du sud au nord

Charlotte Brouard-Tartarin

 

Honneur aux «petits» nouveaux: les saxophonistes Anthony Braxton et Charles Lloyd, respectivement 76 et 83 ans, feront leurs premiers pas à la Philharmonie à l’automne 2021. Le premier, sommité du free jazz et compositeur prolifique, marquera le festival rainy days de sa créativité radicale tandis que le second, figure historique du jazz depuis les années 1960, amènera sa sonorité teintée de spiritualité sur la scène du Grand Auditorium.

Un autre septuagénaire, icône de la scène brésilienne, précédera les deux Nord-Américains: Gilberto Gil retrouvera la Philharmonie le 10.10. dans le cadre du festival atlântico. Aux côtés de Chico Buarque et Caetano Veloso, il est l’un des piliers du genre de la Música Popular Brasileira (MPB), né dans les années 1960 et originellement influencé par la bossa-nova. Malgré un exil forcé sous la dictature, il n’a jamais cessé d’associer son engagement politique et social à sa pratique artistique, occupant même le poste de Ministre de la Culture sous la présidence de Lula da Silva. Cet infatigable défenseur de la liberté n’a rien perdu de son énergie et sa venue en Europe est un rendez-vous toujours très attendu.

Tout aussi rare de ce côté de l’Atlantique est également la pianiste et compositrice nord-américaine Maria Schneider qui, après sa dernière apparition à la Philharmonie en 2011, y sera de retour le 05.02. Travaillant avec Gil Evans jusqu’à son décès en 1988, elle fonde cette année-là ce qui deviendra le Maria Schneider Orchestra, qu’elle dirige et pour lequel elle compose. Le style hautement personnel de ses arrangements foisonnants la classe aujourd’hui parmi les auteurs les plus réputés en matière d’écriture pour ensemble.