Zum Seiteninhalt springen Zur Navigation springen

Covid-19: Informations importantes par rapport à nos concerts, en savoir plus

 

Un monde de touches noires et blanches

Tatjana Mehner

 

Il n’existe probablement aucun autre instrument que le piano qui ait occupé une place aussi centrale dans toute l’histoire de la musique, tout en connaissant un développement aussi rapide et incisif sur le plan technique. Dans ses formes précoces, comme le clavecin puis plus tard le pianoforte, jusqu’au piano à queue de concert d’aujourd’hui, le piano a mis les com­positeurs au défi. À leur tour, ces ­derniers ont constamment présenté de nouvelles missions aux facteurs de piano. Délicats petits bijoux et ardentes pièces virtuoses, fantaisies sonores et flamboyantes paraphrases – dans les programmes de la Philharmonie, la magie du clavier se dévoile sous toutes ses facettes, particulièrement dans une série de concerts réservée au royaume des touches noires et blanches: «Récital de piano».

Sous le signe de la diversité stylistique, des sommets pianistiques seront gravis. L’arc s’étend de Johann ­Sebastian Bach, dont les œuvres sont interprétées notam-ment par Evgeny Kissin, aux 24 Préludes et Fugues de Dmitri Chostakovitch, inspirés par la technique polyphonique de Bach et présentés par Igor Levit, et laisse place à un voyage sonore dans le temps proposé par Alexander ­Melnikov qui fait se côtoyer ­Schubert, Chopin et Liszt avec le maître des couleurs pianistiques Aleksandr Scriabine, sur des instruments aussi proches que possible de ceux de l’époque où les œuvres ont été composées. D’éblouissants monologues explorant le répertoire ro-mantique, comme le public luxembourgeois les apprécie de Grigory Sokolov, ou un tour d’horizon de Rachmaninov à des œuvres entièrement nouvelles écrites spécialement pour la pianiste Tamara Stefanovich, aussi à l’aise dans le répertoire classique que dans la musique contemporaine. Le kaléidoscope de ces incomparables signatures pianistiques actuelles ne serait pas complet sans Khatia Buniatishvili et Krystian Zimerman. Ainsi, au cours de la saison 2021/22, la ­Philharmonie présente un condensé sonore de la musique pour piano.