Zum Seiteninhalt springen Zur Navigation springen

Covid-19: Informations importantes par rapport à nos concerts, en savoir plus

Audio
 
  • Sete Lágrimas photo: Renato Silva

    Sete Lágrimas
  • Sete Lágrimas photo: Renato Silva

    Sete Lágrimas

Sete Lágrimas

«Diáspora»

22.09.2014 20:00,

Salle de Musique de Chambre

add to calendar

Sete Lágrimas
Filipe Faria voix, direction
Sérgio Peixoto voix
Pedro Castro flûtes à bec, hautbois baroque
Tiago Matias luth, vihuela, guitare baroque
Mário Franco contrebasse
Rui Silva percussions historiques

Compositeur anonyme: «Na fomte está Lianor» (16e siècle)
Compositeur anonyme: «Senhora del mundo» (16e siècle)
Compositeur anonyme: «Díme, Robadora» (16e/17e siècles)
Compositeur anonyme: «Soledad tenguo de ti» (16e siècle)
Filipe Faria, Sérgio Peixoto: «Porque lloras moro»
Traditional: «Yamukela» (Afrique du Sud / Moçambique, arr. A.T. Araújo)
Compositeur anonyme: «Díme, Robadora» «Menina você que tem»
Traditional: «Mai fali é» (Timor)
Compositeur anonyme: «Dic nobis Maria / Dalha den cima del cielo» (16e siècle)
Juan de Anchieta: «Con amores la mi madre»
Gaspar Fernandes: «Xicochi conentzitle»
Filipe Faria, Sérgio Peixoto: «Parto triste saludoso»
Compositeur anonyme: «Mosé salió de Misraim» (Romance sepharade du Maroc)
Filipe Faria, Sérgio Peixoto: «Triste vida vivyre»
Manuel Machado: «Dos estrellas le siguen»
Filipe Faria, Sérgio Peixoto: «El pesebre»
Compositeur anonyme: «Olá zente que aqui samo» (17e siècle)

Voyageant dans le temps et de par le monde tout en chantant l’histoire de l’émigration portugaise, l’ensemble portugais Sete Lágrimas «Early and Contemporary Music Consort» a révélé la musique ancienne aux fadistas tel António Zambujo. Créé en 2000 à Lisbonne, l’ensemble s’illustre dans des dialogues de musique savante et populaire, de musique ancienne et nouvelle, qui déploient une atmosphère dense et parlent leur propre langue, éminemment poétique. Le programme «Diaspora» place en son centre un dialogue particulier: en commençant par la prise de Ceuta en 1415, les marins portugais croisent sur les côtes de l’Atlantique et de l’océan Indien les cultures si diverses d’Amérique, d’Afrique, d’Arabie, d’Inde, d’Asie et de Chine. Une quête de traces tout en musique sur les bords de l’Empire colonial qui a le plus perduré en Europe.

Kulturpass, bienvenue!

Trier–Philharmonie Luxembourg

Bus-Shuttle pour ce concert:

Bus-Shuttle Logo

Inscription sur
www.philharmonie-shuttle.lu

Tickets

Plein tarif
  • 35
  • 25
< 27 ans
  • 21
  • 15

www.philharmonie.lu,
(+352) 26 32 26 32

La vente est ligne n’est pas disponible pour le moment. Merci de réessayer ultérieurement.

A déjà eu lieu

Abonnements

Backstage

conference
19:15, Salle de Musique de Chambre

Roger Seimetz: «Le ‹barroco› portugais, une musique ouverte à tous les sons» (F)